Pause…

Et me voici de retour après cette pause estivale bien appréciée !

Beaucoup de découvertes encore durant ces quelques jours de vadrouille cette fois ci en France. Ce pays regorge de richesses et l’on comprend que nos amis étrangers le visitent avec tant d’assiduité. De la douceur des plages océanes à la fraicheur des grottes, des voutes d’églises au ceil étoilé, de la campagne verdoyante aux villes soignées, un parcours riche en découvertes naturelles ou architecturales voire culinaires ! à suivre…

« L’homme dans la ville inquiétée »

La ville intelligente est-elle inquiétante ?

En tout cas, c’est ce terme de « ville inquiétée » qui m’a interpellé et donné envie de me rendre à ce « Café Théâtre » à la Maison de l’Architecture de l’Isère en ce 20 juin.

La soirée a débuté avec une lecture vivante d’une des sept nouvelles de l’ouvrage de Robert Silverberg « Les Monades Urbaines », ouvrage de science fiction paru en 1971, par le comédien Bernard Garnier du collectif Troisième Bureau. Cet ouvrage, qui décrit une société idyllique de 75 milliards d’individus, fait froid dans le dos, l’utopie se transformant au fil des pages en cauchemar aux relents de totalitarisme…

Puis nous avons écouté Philippe Marin, enseignant à l’Ecole d’architecture de Lyon (agence superlab à Grenoble) nous expliquer en préambule la notion de smart, abusivement traduite par intelligente, puisqu’elle exprime plutôt la capacité d’un système à traiter des données, à les gérer et à les exploiter. Le sens littéral du mot « intelligent » prend alors un nouvel éclairage. C’est sous cette angle qu’il a parlé des nouvelles technologies, des matériaux « intelligents » pouvant donner naissance à de nouvelles formes architecturales et ainsi influencer la manière de concevoir. Les outils sont là, existent, alors comment se les approprier pour inventer de nouveaux espaces à vivre ?

Raphael besson, du CCSTI de Grenoble, nous a lui parlé des FabLab, des recherches et des expérimentations sur lesquelles il s’est penché. Avec pour question, au final, et non la moindre, la place de l’usager dans ses projets. Est-ce que ces villes, ou quartiers, dits intelligents sont plus adaptés à l’individu ? Qu’ont-ils créé en sus par rapport aux villes classiques ?

Jean-Pierre Andrevon, écrivain grenoblois, et écologiste convaincu, nous a dit sa frayeur à l’écoute de tout ça. Il prône pour sa part le retour de la nature en ville, les plantes et les oiseaux…

Beaucoup de questions finalement suite à ces différentes interventions qui ont toutes, à leur manière, interrogé la manière et les méthodes de conception architecturale et urbaine.

Doisneau

Que faire de ces jours pluvieux ? Comment remplir ce week-end automnal de ce mois de mai ?

Si vous ne l’avez pas encore vu, je vous conseille un petit détour par le musée de l’ancien évêché à Grenoble, pour aller vous plonger dans l’univers frais, simple et rempli d’humour de Robert Doisneau.

L’exposition sur « ses » Alpes, prolongée jusqu’à la fin de l’été, vous entraîne pour commencer dans ces paysages désuets de la première moitié du XX°siècle. Vous sourirez devant les tenues des skieurs, leurs lunettes en particulier, leurs skis aussi, à des années lumières de ceux qu’on utilise aujourd’hui. Vous admirerez l’élégance des femmes, leurs cols apprêtés sur des pulls ajustés. Mais vous serez surtout séduits par la justesse des cadrages, l’évidence de la prise de vue, l’émotion que provoque chaque cliché.

Prenant les Alpes comme décor, il révèle à travers les différents reportage son esprit de dérision avec certaines photos de ses vacances à Laffrey ou encore ses mises en scène du violoncelliste Baquet sur la mer de glace ou au pied du Mont Blanc. Ses reportages à Grenoble ou à Saint Véran révèle un autre visage du photographe, celui de l’homme attentif aux « petites gens » à l’authenticité de leur vie. Et comme un bouquet final ce reportage sur la transhumance d’un troupeau entre le Var et le Mercantour, où l’on sent toute le plaisir de l’homme à suivre les moutons dans ces vastes espaces.

Et s’il ne fallait retenir que deux photos, ce serait celle du petit Pierre, endormi avec ses skis, qui, même si elle a promu l’exposition, garde son charme et sa candeur… Et puis celle de cette moto filant dans les alpages, chargée de ses trois occupants : un chauffeur, un enfant, un chien, se découpant sur un ciel nuageux… Une sensation de voyage, de vitesse, tout en admirant, en savourant le site… On a qu’une envie : les rejoindre et partir avec eux vers d’autres horizons !

« La marche c’est le pied ! »

Le titre de cette journée d’étude organisée par l’Institut d’urbanisme de Grenoble, la METRO et le SMTC (Syndicat Mixte des Transports en Commun) m’a interpellée.

Effectivement sans pied on ne marche pas… Mais suffit-il d’avoir des pieds pour marcher ? Peut-on réduire le piéton à ses pieds ? Et si oui, comment expliquer que l’on marche cinq fois plus en centre ville qu’en périphérie, pour des distances équivalentes ?

La marche fait partie de l’Homme. Regardez les nouveau-nés qui ont ce réflexe. Chacun, à son rythme, réapprend à marcher et malgré tous les moyens de déplacement développer par l’homme, le pas reste la « métrique de l’humanité » (Jacques LEVY, géographe EPFL). Avec les progrès en vitesse de déplacement de nos trains et de nos avions, la marche à pied demeure au cœur de toutes les mobilités. Il suffit de parcourir les couloirs d’un aéroport international ou les quais de certaines gares pour en être convaincu.

Lire la suite

Jürmala

Un bus, une averse, un train, nous voici en Lettonie… Premier contact avec le pays par cette bande de terre coincée entre la rivière Lielupe et la mer baltique. Horizontalité sans limite, nappe d’arbres s’étirant à perte de vue et ici où là une tour qui permet de survoler ce paysage, d’en prendre la dimension.

Jūrmala, le rivage en letton, s’étend sur 15 km, rassemblant 15 villages sur cette bande de terre étroite. Avec son atmosphère paisible, elle est le lieu idéale pour s’échapper de Riga aux beaux jours, en été comme en hiver. Le charme de ses longues allées abritées par les pins et bordées de maisons en bois tarabiscotées, l’air vivifiant qu’offrent les promenades sur sa longue plage de sable blanc, entre mer et forêts, en font un lieu de villégiature très prisé.

Lire la suite

Mobilité et Aménagement d’un territoire

Notre mobilité grandissante, les infrastructures qui la portent, ont permis à ceux qui le souhaitaient de s’éloigner des centres urbains ou des centres d’activités pour aller habiter toujours plus loin, à la recherche d’un cadre de vie souhaité, ou en tout cas abordable.

Le revers de cette situation est que ces mêmes personnes se trouvent dépendantes de cette « mobilité » mais surtout de ses aléas : bouchon, grève, retard, coût. De plus cette mobilité a accentué le phénomène de spécialisation d’un territoire, sectorisant par fonction un grand nombre de lieu : ici le travail, là l’habitat, plus loin les loisirs, ailleurs la consommation… Les individus se déplacent de l’un à l’autre, en consommant temps et argent sans parler de l’impact environnemental. Ce phénomène exclut de fait ceux qui n’ont pas les moyens de cette mobilité, qui n’y ont pas accès.

Lire la suite