Bakhita

de Véronique Olmi

C’est peut-être l’histoire d’une enfant arrachée aux siens pour devenir la possession d’être sans humanité, peut-être aussi le récit de la violence et de la torture gratuite, de l’esclavage avec tout ce que ce mot peut comporter d’horreur. C’est sans doute l’histoire des guerres qui se succèdent sans que l’une empêche la suivante malgré les pertes et les chagrins, l’histoire des possessions qui ne rendent pourtant pas heureux… Bien sûr ce roman est un peu de tout ça. Mais c’est surtout l’histoire « merveilleuse » de l’enfance heureuse qui construit une vie, de l’amour avec un A majuscule, du don de soi sans limite, d’une rencontre entre un être bafoué et un Dieu plus grand que tout dans son accueil et son amour de l’autre, quel qu’il soit.

On ferme ce livre et Bakhita nous accompagne, on voudrait lui confier nos doutes et nos souffrances, nos joies aussi, à elle qui su sourire et aimer malgré tout…

Un très beau livre, merveilleusement bien écrit, un coup de cœur !

Publicités

Iliade et Odyssée

de Pauline Bayle

Par un magnifique après midi d’automne où le soleil éclairait les reliefs d’une façon magique et envoûtante, appelant à parcourir les chemins ensoleillés, nous avons malgré tout pris le chemin d’une salle sans fenêtre pour aller découvrir cette, ou plutôt ces pièces magnifiques.

En attente, debout, devant une salle fermée, nous nous demandions ce qui nous avait pris de réserver des places de théâtre un samedi en pleine journée… Et pourtant, lorsque les premières voix s’élèvent, elles vous emmènent hors du temps, vous font voyager à travers un texte magnifique, déclamé avec une force et une énergie incroyable, rendant ce texte d’Homère limpide et vivant ! Ce chœur qui se fait écho, ces voix qui s’entremêlent révèlent l’épopée d’Achille puis d’Ulysse, ces destins hors du commun révélant l’humanité de ces héros, brisés par la mort d’un proche, l’absence d’un être aimé, prêts à tout pour retrouver le bonheur et échapper aux souffrances, pour retrouver la paix.

Cette jeune femme polyvalente, actrice, auteur, metteur en scène… nous rend accessible une oeuvre difficile bien qu’universelle. La jeunesse, l’énergie et la modernité de ces pièces nous livre sur un plateau la complexité de ces hommes partis au combat dont ils essayent de revenir… A voir, vraiment !

Otages intimes

de Jeanne Benameur

Voilà bien longtemps que je n’ai rien publié… manque de temps en premier lieu mais peut-être aussi manque de coup de foudre !

Et le voilà ! Je viens de dévorer ce roman de Jeanne Benameur qui m’a littéralement pris en otage pendant 24 heures. Un petit bijou d’écriture qui vous entraîne au cœur des personnages, de leur histoire intime, de ce qu’ils ne peuvent pas dire. Pas de parti pris, pas de jugements, juste les faits, les ressentis. Une enfance partagée dans un village au milieu de la forêt, une amitié forte et puissante, des départs, des attentes et le cloisonnement qui rend fou, faible, terrorisé… Une poésie dans toutes les phrases, des virgules aux majuscules. Une vision du monde lucide mais où pourtant réside l’Espoir.

Un petit opuscule à savourer sans modération !

Colateral beauty

collateral_beauty_posterLe hasard fait parfois si bien les choses ! Soirée en solitaire, fatiguée après plusieurs heures de réunion, partisane pour une fois du moindre effort, j’ai plus ou moins cliqué à l’aveugle sur un film à visionner et suis tombée sur cette perle, une pépite magnifique servie par des acteurs exceptionnels, qui parle de la mort, du temps, de l’amour… encore sous le coup de l’émotion, rien à ajouter. Regardez-le !

Yaël Naim… et le quatuor Debussy

Quelle belle coïncidence de démarrer l’année avec un concert de cette israélienne talentueuse et généreuse. Hier soir à la Rampe à Echirolles, un moment de pure magie où la Musique (oui avec un grand m) était reine, où l’émotion plus que palpable a emporté un public hétéroclite. Cette voix hors du commun dialoguant avec les cordes du quatuor, sans oublier l’étincelle magique de David Donatien qui accompagne la chanteuse, l’ « arrange » et la révèle dans toute sa plénitude. Intensité, complicité et sensibilité pour un concert d’exception donné par des artistes accomplis. Tous les instruments trouvent leur place, du xylophone au son clair au djembé au rythme endiablé, de la guitare au violoncelle, du piano au violon, de l’alto à la batterie… La rencontre du classique et de l’univers de cette artiste inclassable, où chacun sublime l’autre dans une alchimie exceptionnelle.

Malheureusement, c’était l’avant dernière date, la finale est ce soir à Porte les Valence, mais si vous avez l’occasion d’aller voir Yael Naim en concert courrez-y, avec ou sans le quatuor, je suis sure que vous passerez un moment musical inoubliable.

Israël

Encore une année riche en découverte même si je n’ai guère eu le temps de les partager ici…

Elle s’est terminé en beauté avec un merveilleux voyage en Israël. J’y suis partie comme pour n’importe quel voyage et en suis revenue complètement bousculée, transformée ! Ce pays est à voir, à vivre, absolument. Il nous ouvre les yeux sur notre monde, nous décode les tensions et les conflits, nous rappelle nos racines, notre histoire, nous plonge dans un monde plus que religieux, spirituel. En plus d’être beau ce pays, tout petit, concentre les difficultés de notre monde à vivre en paix mais révèle l’immense espoir des hommes (peut-être plutôt des femmes…) à y arriver. Dans ce petit territoire, on ne peut éviter de se « cogner » aux frontières, aux murs, aux barbelés. On passe du désert à la mer morte (drôle d’expérience de s’y sentir flotter), de la campagne au lac de Tibériade (qu’il est beau !), des églises au mosquée, des synagogues aux villes des croisées… Sans parler des rencontres humaines, riches et sincères. Et peut-être le moment le plus magique, dans une grotte, la nuit de noël !

J’espère vous avoir donné envie d’aller vous frotter à ce pays débordant de lieux « saints » pour toutes les religions monothéiste, et où l’on comprend vraiment ce que veux dire « nos racines judéo-chrétiennes ».

En attendant, je vous souhaite à tous, chers lecteurs, réguliers ou occasionnels, une très belle année 2017, où règne la paix et la sérénité.

Lanceurs d’alerte…

Voilà bien longtemps que je n’avais pas été au cinéma et en une semaine deux films « tsunami » !

moi-daniel-blakeDaniel Blake d’abord, qui remets sérieusement les pendules à l’heure sur la chance que nous avons, nous qui avons un boulot, un toit au dessus de notre tête, une santé pas trop fragile et de quoi manger le soir. Ce film nous parle de dignité humaine et d’absurdité administrative, de solidarité et de bêtise, d’amour et de détresse. A voir !

 

 

la-fille-de-brestIrène Frachon ensuite, magnifiquement interprétée par Sidse Babett Knudsen cette actrice danoise aux yeux limpides, qui relate la bataille de ce médecin qui n’a pas oublié que son métier est de sauver des vies et pas de s’enrichir, d’accompagner ses malades, de se battre contre le cynisme des laboratoires malgré la peur et les intimidations. Un peu cru parfois, quelques scènes médicales ardues, mais une bataille magnifique qui continue aujourd’hui.

 

Deux personnages émouvants que vous emportez avec vous en sortant de la salle et qui ne laisse pas tout à fait indemne !