Conques, là où la lumière révèle

Nous ne l’avons pas abordée en pèlerins, ni en randonneurs, mais dans le flot automobile des touristes… et pourtant !

A peine entamée la promenade dans la rue qui mène à l’abbatiale, nous avons été saisi par l’étonnante harmonie du lieu, sa sérénité communicative. Au cœur du bourg médiéval étonnamment conservé, l’église trône et nous attire l’œil avec son splendide tympan véritable bande dessinée  du jugement dernier. Du parvis vous pouvez le contempler à loisir, détaillant les personnages, devinant leur histoire.

Conques

Puis laissez-vous attirer à l’intérieur de l’édifice. Etape spirituelle mais également architecturale, ce bijou de l’art roman ne laisse pas indifférent avec ses nombreuses sculptures romanes. L’unité de sa nef, étonnamment haute pour l’époque, mais étroite, vous force à lever les yeux vers la voûte en berceau. Tout porte au silence et à la contemplation, l’espace est magnifié par la lumière qui filtre des vitraux contemporains de Pierre Soulages. L’artiste rouergat a su s’effacer avec délicatesse par la sobriété de son travail, fait de ligne courbe et de verre opalescent jouant avec les éclats du soleil. Son œuvre magnifie la pureté de l’art roman partout présent, des piliers aux absidioles, de la nef aux collatéraux, des tribunes à la coupole révélant l’identité du lieu, le donnant à voir…

« Les murs appartiennent au monde de l’opacité, de l’obscurité, de la pesanteur. Ils abordent en angles droits et en grandes verticales rectilignes ; Pour les vitraux, j’ai instinctivement préféré des obliques plutôt fluides, légèrement courbes, tendues souvent vers le haut, des lignes souples évoquant plutôt un souffle que la pesanteur. Du matin au soir, les vitraux se modifient avec le temps qui s’écoule. Je trouve important que l’écoulement du temps et le sens qu’il a, puissent s’inscrire dans un tel lieu. J’ai tenu à ne rien changer à cette ordonnance incontestable de la lumière qui est une des composantes majeures de l’identité de cette architecture »

Si vous arrivez à vous détacher de cette merveille, ne partez pas sans faire le tour de l’abbatiale, admirer les absidioles de l’extérieur et aller voir le cloître et les bâtiments conventuels qui parfont l’ensemble. Et même si ce lieu est voué à la prière, entrez silencieusement dans la chapelle des Abbés, asseyez-vous et admirez la crucifixion du XV siècle, sculpture d’une incroyable sérénité magnifiquement éclairé dans ce lieu de recueillement.

Le tour du village accompli, allez jusqu’à la chapelle sainte Foy pour un dernier regard sur le bourg lové dans son écrin de verdure, avant de redescendre vers le pont des pèlerins et de quitter ce lieu enchanteur.

Publicités

À propos valeriethierry
Architecte Urbaniste Rédactrice, passionnée de voyages pour les découvertes qu'ils offrent, et nul n'est besoin de parcourir la moitié du globe pour s'évader... Un bon livre, une rencontre, un spectacle... Autant de fenêtre sur le monde à ouvrir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :