Niki de Saint Phale

Fontaine StravinskyCertains lieux à Paris ont pour moi le goût de la madeleine de Proust, La fontaine de Stravinsky réalisée par Tinguely et Niki de Saint Phale à Beaubourg en fait partie. Alors quand j’ai entendu qu’une exposition sur l’artiste se tenait à Paris, je n’ai eu qu’une idée  : m’y rendre.

Bien sûr, il y avait un monde fou en ce mercredi de vacances scolaires mais les œuvres n’en étaient pas moins là, les témoignages de l’artiste émouvants. Cette femme qui aurait pu être anéantie par la violence d’une enfance incestueuse, que l’on a cru folle au point de lui faire subir des électrochocs, était tout simplement habitée par des personnages auquel elle devait donner naissance. Rebelle et d’une sensibilité démesurée, elle voulait être une héroïne, révéler au monde ce qu’elle était. A travers l’art, elle a su domestiquer les démons qui l’habitaient. Chaque oeuvre est une partie d’elle, exprime son intériorité. Sculpture, collage, moulage, dessin, partout la couleur éclate apportant une touche de dérision mais surtout de joie et de lumière.

Il était assez étonnant de voir les enfants s’émerveiller devant ses grosses dames immenses et bariolées, ces Nanas gonflables, suspendues au plafond et réalisant une sorte de ballet surréaliste. Ces femmes amplifiées portant son espoir d’une société où elles auraient droit de cité. Ces personnages, si éloignés de son physique de mannequin. Avant-gardiste dans sa manière de s’habiller, provocatrice parfois, elle utilisait tous les moyens pour exprimer ses convictions.

Montage de phtographies prises à l'exposition du grand palais

Artiste autodidacte et hétéroclite, elle cherche à exprimer ce qu’elle ressent du monde qui l’entoure, lutte à sa manière pour la libéralisation de la femme, décrit la violence de la société et des injustices qu’elle perçoit. Séduite à 25 ans par l’oeuvre de Antonio Gaudi, en particulier le parc Guël, elle rêvera d’imiter le maître barcelonais et sera son propre mécène pour l’un de ses projets les plus audacieux, le Jardin des Tarots, parc habité d’immense sculpture dans le sud de la Toscane.

A travers son art, qu’elle souhaitait accessible au plus grand nombre, Niki de Saint Phale voulait apporter joie, humour et couleurs… pour moi elle a atteint son but, on se sent plus léger en compagnie de ses sculptures, pour la plupart ludiques.

Publicités

À propos valeriethierry
Architecte Urbaniste Rédactrice, passionnée de voyages pour les découvertes qu'ils offrent, et nul n'est besoin de parcourir la moitié du globe pour s'évader... Un bon livre, une rencontre, un spectacle... Autant de fenêtre sur le monde à ouvrir !

One Response to Niki de Saint Phale

  1. paccard says:

    Une expo fantastique, une femme d’une féminité exceptionnelle ! Féminité d’esprit, d’allure, d’intelligence, je partage ton avis en tout point !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :