L’heure…

The Hour

créée par Abi Morgan

The HourIl y a des moments bénis où vous posez votre montre, débranchez votre téléphone, sortez du monde pour quelques heures… Et souvent ces moments vous font discrètement quelques cadeaux ! C’est ce qui m’est arrivée il y a peu.

Sans contrainte ni horaire, là pour profiter, j’ai pendant 24 heures, grâce à une année supplémentaire, fait une pause. Une fois n’est pas coutume, je me suis installée confortablement devant le petit écran, « zapette » en main. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est là que le miracle s’est produit !

Errant de chaine en chaine, sans vraiment m’arrêter, mon regard a soudain été captivé par des images inhabituelles. D’une composition plus que séduisante, ponctuées de touches colorées attirant l’œil,  elles ont arrêté ma main dans son zapping fou. Je me suis attardée, me suis laissée séduire par cette série anglaise d’une très grande qualité, en tout cas visuelle. Chaque plan est un tableau, rappelant par ses côtés surannés des tableaux d’Edouard Hopper. La lumière est toujours savamment calculée, éclairant subtilement le détail à saisir.

Bel, la productrice du magazine d’information « The Hour », évolue dans un monde quasi en noir et blanc, toujours vêtue de couleur vive accordée à son humeur. Ses deux acolytes journalistes, l’un plus animateur qu’investigateur, l’entourent avec brio. L’essentiel de cette série se joue à la fin des années 50, entre les studios enfumés de la télé publique britannique et le club « el Paradise », haut lieu de corruption. L’intrigue se tient, et on regrette vraiment qu’il n’y ait que six épisodes à cette saison 2 et pas de suite prévue. En tout cas, je vais rapidement me procurer la saison 1 pour continuer ce voyage dans le temps et l’image.

Une vraie belle série, loin des standards américains, à voir absolument !

Publicités